AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Contexte Général

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
WHAT ARE YOU DOING ?
M. Anderson

avatar

Admin
Messages : 75
Date d'inscription : 17/07/2013

MessageSujet: Contexte Général   Mer 17 Juil - 23:41


Contexte de JASH

1995 :

C’était une école. Une immense école qui accueillait les jeunes adolescents morts prématurément afin de leur permettre d’étudier à nouveau. Cet établissement était harmonieusement dirigé par deux directeurs, un homme et une femme. Les élèves pouvaient vivre une nouvelle vie… devaient vivre une nouvelle vie. Ils ne l’avaient pas choisi : l’école choisissait seule ses élèves. Malgré tout, ils devaient reconnaître la chance qu’ils avaient d’y être entrés. Les deux directeurs n’étaient pas humains et régnaient avec une incroyable fermeté, mais l’Harmonie, la beauté, la perfection dominaient comme une seconde possibilité de bonheur. Malheureusement, le bonheur est fragile et le Bien ne dure jamais. La directrice était dure, sévère, presque mauvaise parfois ; le directeur était doux et croyait à la parole plus qu’à la violence. Il finit par trouver les méthodes de sa coopératrice inacceptables. Et dans cette Harmonie, un beau jour, une violente dispute s’éleva, les bâtiments tremblèrent, les élèves curieux se rapprochèrent jusqu’à entendre cette voix forte prononcer… : « C’est fini ! » Les deux Grands se séparèrent. La collaboration s’arrêta. L’harmonie fut brisée. Survint alors une période de froid pendant laquelle les directeurs commencèrent à mettre en place, chacun de leur côté, leur propre système, et brisèrent les liens jusqu’au dernier : ainsi furent créées deux écoles, dans deux univers bien distincts. D’un côté, la directrice creusa le monde des Mauvais. De l’autre, le directeur éleva celui des Bons. Les élèves furent séparés.

2004 :

Les relations entre les deux univers étaient tendues. Cela durait depuis des années. Mais les deux Grands s’étaient mis d’accord : l’un ne se mêlait pas des affaires de l’autre. Chacun tentait de réunir le plus d’élèves possible et de leur donner l’éducation qui correspondait à leurs convictions : la directrice prenait les Mauvais en charge pour leur apprendre à effrayer les plus jeunes, faire des mauvais coups et répandre la souffrance pour leur propre profit ; le directeur montrait aux Bons comment aider, vivre en paix avec les autres et apporter du bonheur. Certains sont morts violemment et gardent des cicatrices qu’ils n’hésitent pas à montrer pour affirmer leur côté terrifiant ; d’autres tentent de les cacher, comme ils le désirent. Il ne manquerait plus qu’une chose pour que tout soit parfait : que les élèves puissent choisir leur monde. Mais comme à son commencement, l’école choisit ses élèves et les entraîne dans le Bon ou dans le Mauvais univers. Après tout, ils sont morts… que vaut le choix d’un mort ? Et cette rupture n’a pas simplement créé deux univers, elle a également scié des amitiés. Heureusement, les deux directeur s’en sont rendu compte au fil des années et, face à la tristesse de leurs élèves, ont enfin décidé d’un geste en commun : les élèves ont eu la permission de communiquer pendant la journée grâce à une sorte de Passage que leurs maîtres ont fabriqué. Malheureusement, ce n’était pas la séparation physique qui détruisait ces liens : c’était la différence des mondes eux-mêmes. Une haine a commencé à naître, haine partagée par tous. Désormais, très peu d’élèves supportent encore ceux de l’autre univers et malgré le Passage qui existe toujours, l’utiliser est devenu très dangereux : il se referme passé une certaine heure, et personne ne sait ce qui peut arriver au Bon coincé chez les Mauvais, ou au Mauvais prisonnier des Bons…

2007 :

Un mort. Le premier, un mort dans le monde des morts. Celui qui réveilla cette haine atténuée depuis quelques temps, grâce aux compromis toujours renouvelés des directeurs. Un Mauvais avait demandé asile chez les Bons… et c’est dans cet univers du Bien et du bonheur qu’il s’est fait tuer. Comment les Bons pourraient-ils tuer sans raison ? Cependant, ce n’est pas la question que tout le monde se pose, mais plutôt : comment un mort peut-il mourir ? Avant de sombrer à nouveau, le fantôme du malheureux leur est apparu… silencieux… mort. Mais il était là, bien présent, pendant quelques instants. Pour penser aux morts, les directeurs se sont enfin rencontrés, ce qu’ils n’avaient pas fait depuis longtemps, pour se mettre d’accord sur l’instauration d’un jour de trêve. Ils ont alors expliqué aux élèves ce qu’ils savaient depuis longtemps déjà : il n’y a qu’une seule mort, qu’une seule nouvelle vie. Pas de troisième chance. Au-delà de cet univers, les âmes tombent dans le néant, un néant infini, gouffre sans fin, sans lumière, sans ombre, sans espace. Juste… le vide. Cette deuxième vie qui leur a été donnée est la seule, la plus précieuse, c’est la vie éternelle mais qui ne restera éternelle que tant qu’elle sera respectée. Le vice n’est pas le mal ; c’est de gâcher cette seconde vie.

2015 :

Les tentatives de paix ont été vaines, les fluctuations ont cessé. Cette fois, la haine est définitivement installée. Les relations sont extrêmement tendues entre les deux univers et ne s’amélioreront jamais. Les directeurs règnent comme ils le peuvent, les élèves étudient pour réussir leurs examens. La haine et la peur ont pris possession de tout le monde, et chacun lutte pour être le plus fort et survivre. Les liens existent toujours, mais restent rares, même pendant les jours de trêve qui reviennent régulièrement en la mémoire du mort, bien que les deux mondes soient incapables de s’apprécier. Mais le calme règne encore, fragile… combien de temps va-t-il durer ? La guerre semble continuellement sur le point d’éclater, malgré les quelques-uns qui restent pacifiques et s’efforcent de détester l’autre dans le respect. Quels secrets bien enfouis menacent cette entente sur le point de s’effondrer ? C’est pourtant notre seule chance de tout recommencer, de corriger ce malheur qui nous a frappé trop tôt. Nous avons vaincu la mort, et nous risquons à chacun instant de la faire revenir…
CODES BY RAINBOWSMILE
[/b]


Dernière édition par M. Anderson le Lun 5 Aoû - 14:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://just-a-second-chance.forumactif.org
 

Contexte Général

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Enseignements d'un contexte économique dégradé: le Chili
» A vos diagnostics!
» Loi du 20 juin 2008 sur les chiens dangereux
» L'évolution du marché des montres de poche
» Plantes fleuries et arbustes dans leur contexte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Partie Administration :: À savoir...-