AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Toc Toc, who's there ? [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
WHAT ARE YOU DOING ?
Amanda L. Stevens

avatar


Emploi/loisirs : professeur de criminologie
Messages : 50
Date d'inscription : 17/07/2013

à propos
Age: 35 ans
Sentiment: je suis un professeur et j'approuve ce système

MessageSujet: Toc Toc, who's there ? [libre]   Dim 28 Juil - 8:44



Toc, Toc, who's there ?

J'ai toujours adoré les enfants. Adoré ? Non c'est un bien grand mot. Je ne comprends pas pourquoi certains s'exclament en voyant un môme de quatre ans « ho qu'il est mignon ! ». Ho oui maintenant il est mignon et innocent, mais attendez qu'il grandisse et qu'il devienne une bête féroce qui vous volera des sous dans le porte-monnaie, se fera ramener par les flics totalement ivre et ruinera votre compte en banque en voulant s'acheter un ordinateur portable ou un téléphone dernière génération créer par un marchand de Chine et qui se fera exploser en quatre-vingt mille morceaux une fois le sol rentré en contact. Je n'ai jamais eu d'enfants. J'ai eu un mari, que j'aimais de tout mon soul, mais qui malgré moi a rompu. De nombreux couples rompent tous les jours c'est tellement courant et les enfants après deviennent totalement perdus. Quelle vie misérable que nous vivons ! Je me lève de mon bureau où je corrige des copies d'élèves qui ont un réel problème avec la grammaire. Moi-même je n'ai jamais été doué, bon en même temps je passais plus de temps dans les toilettes que dans les cours. Pourtant, maintenant quand les gens me regardent, je suis professeur d'anglais et thérapeute dans un établissement spécialisé. Ho mon dieu quand j'en parle j'ai l'impression que tous ces enfants sont malades et qu'on leur administre un traitement. Attendez ... oui ce n'est pas faux comme quoi c'est le cas, mais les adolescents dont je m'occupe seraient très bien en prison également, cela aidera la société. La plupart des gens regardent ces anciens détenus comme s'il avait la rage alors que pourtant regarder les dehors, à jouer comme des adolescents normaux. Qui pourrait-soupçonner qu'ils ont tous un passé de psychopathes, de drogués ou de voleurs. J'aimerais les montrer au monde pour qu'ils soient fiers de ce qu'ils ont entreprit. Cependant, je sais très bien ce qui se passerait si on les relâchait plus tôt : une vraie déferlante du crime, pire que dans Batman à Gotham. Je ne pense pas que l'un deux soit capable d'égaler le joker, quoi qu'avec eux on ne sait jamais. Je retourne à mon bureau et observe les copies à moitié corrigé. N'importe quoi je n'aurais pas le temps de les corriger avant mon prochain cours. J'emporte mon cartable, mon café et je m'en vais vers la salle de classe d'anglais.

J'y arrive enfin au moment où la cloche retentis. Un élève en retard sera puni bien évidemment. Je ne suis pas méchante, je suis juste. Mentir ? Moi, mais non voyons. Je rentre dans ma classe laissant les élèves dans le couloir. Je referme la porte. La classe vide ne me fait pas peur, mais je n'ai vraiment pas envie d'assurer mon cours aujourd'hui. Je porte un corset comme souvent et un pantalon imitation cuir. Mon bébé est dans le coin. Je prends cette grande règle qui sert généralement pour les cours de mathématiques, mais que j'adore emprunter pour paraître encore plus sévère. Avant j'avais les cheveux longs, depuis dix ans déjà je les porte cours. On me donnerait quoi ? Trente-cinq ans à tout casser. Bon time is time. Je retourne vers la porte je l'ouvre et observe les élèves qui chahutent dans le couloir pensant sûrement que je suis absente.

« Well go bunches of idiots! Come in now ! We are going to begin! And silence!

Oui je crie. Mes cours se passent comme un entraînement militaire ne beaucoup moins dur. Parfois j'entends des élèves se plaindre que je suis trop sévère. Froussard ils n'ont même pas encore vécu et ils voudraient qu'on soit tout gentil avec eux ; C'est comme ça la jeunesse d'aujourd'hui. L'éducation nationale pense que l'on doit les dorloter pour qu'ils veuillent apprendre mais c'est des foutaises tout ça. Les anciens réussissaient largement mieux et eux ils étaient menés à la dure. J'attends devant mon tableau que le bruit du chaos cesse et qu'enfin ils se raidissent sur leur chaise en me voyant jouer avec ma règle. La peur, c'est tellement bon de la voir dans vos yeux. Je commence à faire les cent pas tout en continuant mon cours.

« Okay. So I give you some homework next lesson. I hope you do it, if you don't want to go outsside in the director's office. I expect from you that you return them to me. Make them cross in the front row and while waiting for take out your books.

J'avais toujours adoré l'anglais. Ce n'est pas ma langue maternelle bien que je sois née aux Etat-unis, ma mère parlait africain et m'a donc appris cette langue avant. Les livres que les élèves possédaient étaient neufs quand je leur avais donné. Je leur avais prié de bien vouloir les laisser en état et qu'ils devraient les rembourser s'ils étaient disparus ou abîmé. Je continuais mon cours, en rouspétant après certains qui se croyaient plus fort que moi. La bonne nouvelle c'est que je ne dû envoyer personne au bureau du directeur ou même ailleurs. Non ils étaient tout calme et tout mignon. Ho les pauvres ! J'adorais mon pouvoir, celui que j'avais sur l'établissement qui me permettait d'avoir la crainte et le respect de ces enfants. Je n'étais pas la plus aimée des professeurs certes, mais au moins je pouvais m'amuser avec eux. Ils le méritaient et ainsi ils seraient formés. La cloche retentit à nouveau et les élèves dans un brouahah se levèrent.

« Sit down ! For next lesson, You will write me an essai with the controversal sentence : How the author makes fear to the reader. I want 500 words. Bye. And no delay.

Les élèves s'en allèrent et je m'installais à mon bureau pour voir la classe vide. Quelqu'un frappa à la porte ouverte et je me retournais pour voir la personne qui osait me déranger.

les traductions:
 
made by ℬlue ℐⅴy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://just-a-second-chance.forumactif.org/
 

Toc Toc, who's there ? [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Camping libre de Sidi Boulfdail
» Alevins en nage libre = bébés posés sur le fond ?
» discus passage stade larve à la nage libre
» Libre comme l'air
» Apisto Panduro Première ! Nage libre !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Rps archivés-